Avec le langage de l'invisible, Nell Donovan se positionne par delà le mensonge de la réalité physique en quête de l'absolue vérité.

L'artiste photographie des portraits, des paysages, des lieux, des situations qui deviennent des objets union des mondes du dedans et du dehors, inférieurs et supérieurs, avant que de naître et déjà morts, personnels et universels, enfermés et libres ; Mondes des instants et de l'absence, des chaos et du silence.

Tout est coïncidence, tout est jaillissement.

Sa photographie est l'inverse absolu du moment décisif. Telle une cristallisation photographique, elle est l'impossible union de tous les moments décisifs, depuis la création jusqu'à la disparition. Ses images sont en quelque sorte une branche arrachée (corps démembré en traversée d'éclats) à l'arbre-univers: un fragment qui contiendrait à lui seul tous les gènes du cosmos.


Texte par Raphaël Levi


Using Format